Retour à la recherche

Fronde - Armes de jet - Armes

Désignation

Fronde

Création/Exécution

Nouvelle-Calédonie : Pays

Matière et technique

Fibres végétales indeterminées ; Tressage - Vannerie

Mesures

Longueur en cm : 186

Numéro d'inventaire :

MNC 86.5.476 a

Objet associé

MNC 86.5.476 b Pierre de fronde Collection MNC : Ensemble

Description analytique

Long cordon de fibres (probablement de l'aloès) torsadé à deux brins (torsade en Z). Il est en fait formé de deux cordons de taille environ égale atttachés de chaque côté de deux tresses à 3 brins (qui forment donc le centre de l'objet). Une des extrémité comporte 2 boucles liées ensemble tandis que sur l'autre extrémité les fibres sont ramassées sur elles-même de façon à faire une section plus épaisse.

Fonctionnement et contexte

Avant la période de contact, la faune calédonienne ne comptait pas de grands animaux. Les seuls mammifères connus étaient des roussettes et des rongeurs. La chasse se limitait donc à la prise d'oiseaux dont le notou. Les armes de chasse étaient par ailleurs les mêmes que les armes de guerre destinées à atteindre la cible à distance : les frondes, la sagaie et l'arc. Des pièges à ressort étaient confectionnés pour les oiseaux. Utilisées pour la chasse et la guerre, les frondes sont des armes de jet, constituées d’une lanière tressée projetant une pierre. Le chasseur fait tournoyer la fronde puis lâche une des lanières pour projeter la pierre à grande vitesse dans la direction visée. Les pierres polies sont conservées dans un sac à bandoulière réalisé en sparterie. Les frondes se portent enroulées autour du front et souvent représentées sur les appliques de cases et ou certaines flèches faitières.

Exposition

Exposition permanente Musée de Nouvelle-Calédonie