Retour à la recherche

Ceinture de parade - Ceinture - Ornement de tail...

Désignation

Ceinture de parade
fini pehlë
cawabubu

Lieu :

Ouvéa (commune) : Ile ; Iaii : Aire coutumière ; Lifou (commune) : Ile ; Drehu : Aire coutumière
Province Iles

Matière et technique

Coquillage ovule ombiliquée (Calpurnus verrucosus) ; Perçé
Poil de roussette (Pteropus sp.) ; Tressage - Vannerie
Coco: fibres (Cocos nucifera - Palmae) ; Tressage - Vannerie
Fibres végétales indeterminées ; Tressage - Vannerie

Mesures

Longueur maximale en cm : 96 ; Largeur maximale en cm : 4 ; Epaisseur maximale en cm : 3.5 ; Poids (en g) : 176 ; Longueur en cm : 44 (partie avec coquillages)

Identification

MNC 2009.3.66

Description :

Ceinture constituée de deux rangs de coquillages "ovule ombiliquée" (Calpurnus verrucosus) fixés sur une tresse de 3 cordelette de poils de roussette tressés (Pteropus sp.) sur des fibres végétales. Chaque cordelette est elle-même constituée de plusieurs tresses à trois brins de poils de roussette.

Inscriptions / marques

Etiquette ; Anglais ; Une ancienne petite étiquette de musée à moitié imprimée en rouge et à moitié manuscrite à l'encre ; No178/9 REC.2/2/10 On loan from Mrs Hadfield

Fonctionnement et contexte

La collection Hadfield a été constituée par les époux Hadfield entre 1878 et1922 lors de leur séjour en tant que missionnaires à Lifou et Ouvéa. Une partie de cette collection a été donnée au Musée de Nouvelle-Calédonie en 2009, dont cette ceinture de danse, confectionnée avec des coquillages, très communs à Ouvéa. On l’appelle « oteju », terme désignant « mollusque » en langue Iaii. L’utilisation du poil de roussette, animal totémique très ancien, lui donne peut-être une importance rituelle. La ceinture en liane écorcée ou en autres fibres végétales, trouve sa place dans la danse en tant que symbole fédérateur. La danse joue un rôle essentiel dans la société kanak. Elle apparaît comme la façon la plus respectueuse de célébrer des échanges d’objets, de nourriture, elle célèbre la fête de l’igname, la fin des cérémonies de deuil, elle mime les guerres tribales, elle rassemble les tribus dans des « danses en rond » pour des grandes fêtes qui durent toute la nuit. C’est aussi le moyen d’entrer en relation avec les ancêtres autour d’un mât central, centre spirituel. Texte écrit pour "les inédits du musée" septembre 2010.

Exposition

"James et Emma Hadfield, Héritage d'une mission, îles Loyauté 1878-1920" Musée de Nouvelle-Calédonie 04/09/2013 03/02/2014
"Inédits du Musée" MNC-ALAM 2010 Musée de Nouvelle-Calédonie 2010 2010

Référence bibliographique :

"Heritage d'une mission. James et Emma Hadfield, îles Loyauté, 1878-1920"

Date d'entrée / prise en charge du bien :

10/08/2009