Retour à la recherche

tidi (bwaara mwâtidi) - Ajië (langue) - Vernacul...


Description :

Coiffe cylindrique faite de lamelles de roseau parallèles et superposées, reliées entre elles et recouvertes d'un tressage de fibres végétales provenant d'une plante du genre Pipturus (une plante similaire à l'ortie). Le tout est ensuite noirci à l'aide des fruits grillés du bancoulier (Aleurites moluccana).

Fonctionnement et contexte

Les coiffures en vannerie "tidi" étaient traditionnellement portées par les chefs et les notables. Elles symbolisaient le grade élevé de ceux qui la portent. Le nom tidi est une abréviation de "bwaara mwâtidi", littéralement "chapeau porte tremblement" en langue Ajie. En langue Paici, le même chapeau porte le nom de "bwe-tidiri" (littéralement "chapeau tressé"), "tidi" voulant dire tressage en cette langue. Elles pouvaient être ornées d'un propulseur à sagaie, noué avec la cordelette d'une fronde, et on y ajoutait souvent une touffe de plumes blanches. On retrouve ce tressage dans le bandeau qui soutient la coiffure des costumes et masques de deuilleurs (le bandeau en question symbolisant probablement le tidi). (Voir le catalogue de l'exposition "De Jade et de Nacre" p.78).

Exposition

"Parures et ornements de Mélanésie" Musée de Nouvelle-Calédonie 20/03/2006 04/09/2006
"La vannerie en Province Nord" Centre culturel de Koné 17/11/2003 14/12/2003

Référence bibliographique :

"Parures et Ornements de Mélanésie" MNC 2006