Retour à la recherche

Statuette de femme kanak - Art et techniques - S...


Description :

Statuette en terre crue peinte, représentant une femme kanak aux cheveux courts, dans une posture de danse, qui se tient debout sur un monticule herbeux, portant un colliers rouge autour du cou (les marques indiquent un second collier, manquant) et une jupe de tissu peint en rouge. On note ce qui semble être des petites massues dans ses mains (peut-être des instruments de musique type bwanjep). On remarque le reste d'un accessoire peint en bleu autour d'une épaule et dans le dos, comme une écharpe de tissu ou un sac.

Fonctionnement et contexte

Datant d'une période entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle, ce type d'objet, très probablement réalisé par un transporté, a été désigné dès les années 1950 par Maurice Leenhardt comme statuette "mie de pain", terme qui a été repris mais qui porte à confusion sur le matériau, qui demeure essentiellement de la terre crue modelée, à laquelle ont souvent été ajoutées des fibres ou du sable. Il n'y a pas de moyen d'identifier les auteurs, car ces objets n'étaient pas signés. Ce sont clairement des objets touristiques destinés à être ramenés ou offerts en souvenir de Nouvelle-Calédonie, issus de la « débrouille » dont faisaient part certains condamnés pour améliorer leur ordinaire en vendant ce qui dans l’argot du bagne porte le nom de « camelote ». La typologie de ce type d’objets, d’après les modèles en collection publique en Nouvelle-Calédonie, est généralement très similaire, au point de suggérer des « canons » transmis entre forçats. Voir l’article de Louis Lagarde « Que ramenait-on de Nouvelle-Calédonie ? Histoire des souvenirs, curios et collections, du contact européen à nos jours » (2017).

Date d'entrée / prise en charge du bien :

14/04/2013