Retour à la recherche

Figurine funéraire - Pratique funéraire - Pratiq...


Description :

Sculpture monoxyle représentant un personnage sans sexe marqué, émergeant en haut relief d'un cadre oblong, les mains ramenées sur l'abdomen.Son nez est large, ses yeux petits et ronds et ses sourcils étirés vers de petites oreilles rondes. Les articulations des genoux sont détaillées. Le bois a une patine brun rouge, brillante. Les côtés sont percés de quatre trous, dont trois sont cassés avec les bords.

Fonctionnement et contexte

Oreiller, enfant au berceau ou jouet? Un personnage repose allongé sur ce qui pourrait être la représentation d'un berceau dont le dos est gravé de motifs d'entrelacs ou de chevrons rappelant les tressages des nattes et des vanneries . Plusieurs interprétations de cette figuration ont été proposées qui s'appuient sur des informations anciennes extrêmement isolées : aucune n'ayant fait l'objet d'une critique approfondie chacun privilégie l'une ou l'autre selon ses préocupations. Ainsi l'office des postes de Nouvelle-Calédonie en fait un « oreiller » pour ses timbres; Sarasin et d'autres entérinent ce que déclarèrent les vendeurs des objets en 1910: ce sont des jouets d’enfants’; quelques-uns reprennent une information formulée par un missionnaire de la première heure qui écrit : « ... Les indigènes, quand ils enterrent une femme morte de la'sorte (morte en couches, la piéva), mettent sur sa poitrine la figure d'un enfant. La défunte croira que c'est le sien, et les vivants dormiront en paix... ». La figurine semble en effet représenter assez fidèlement le berceau kanak dont on trouve quelques exemplaires dans les collections tressage d'allure ovale, cerclé d'un bourrelet de tissu végétal maintenant l'enfant. Ce porte-bébé est suspendu par quatre cordelettes sur le dos de la mère ou éventuellement attaché à un support quelconque. De la même manière la plaque de bois est souvent percée de quatre trous: la suspendait-on? Il est donc possible que ces figurines (cat. 83, 87 à 91) aient une fonction propitiatoire: substitution de l'enfant posé près du cadavre de la mère. II reste qu'une lecture attentive de certains bambous gravés (cat. 85 et 86) et de deux sculptures faîtières tout à fait uniques nous amènent à proposer une hypothèse complémentaire. Dans l'ensemble d'un corpus important de sculptures faîtières anciennes, seules deux d'entre elles reprennent la même représentation, placée à l'endroit où sont habituellement sculptés les visages. La pièce du Musée de l'Université de Zurich , particulièrement réussie, est de plus gravée au dos de motifs à chevrons déjà signalés, qui rend ce motif absolument semblable à ceux des figurines. Auraient-elles été placées sur les lieux de sépultures? Cela paraît difficile à admettre. Il est plus vraisemblable qu'il s'agisse de flèches faîtières. Dans ce cas, comment mettre en rapport la femme morte en couches et cette représentation dressée au sommet d'une case, quand on sait qu'elle doit évoquer le concept beaucoup plus général d'esprit-ancêtre, substitut du défunt ? Il pourrait donc s'agir d'objets dont la signification serait plus large, et qui représenteraient tout à la fois l'enfant et le défunt placé dans une sorte de nacelle tressée, portée aux extrémités ou aux coins par des deuilleurs. L'idée serait alors plus subtile puisque la tradition orale récemment analysée par Alban Bensa révèle que dans les grands rituels de deuil de la zone Paîci-Camuki, le cadavre était traité et bercé comme un enfant. Roger Boulay et Alban Bensa * De jade et de nacre patrimoine artistique kanak*, pp172-173

Exposition

"Kanak, l’Art est une parole" CCT 2014 ADCK / Centre Culturel Tjibaou 15/03/2014 15/06/2014
"Kanak, l'Art est une parole" MQB Musée du Quai Branly, Paris 14/10/2013 26/01/2014
Exposition permanente Musée de Nouvelle-Calédonie
"Nouvelles Acquisitions" Musée de Nouvelle-Calédonie 03/11/1994 16/12/1994
"Objets sacrés, objets secrets" Musée de Saint Antoine l'Abbaye 13/06/1993 17/10/1993
"De Jade et de Nacre" Nouméa 03/1990 Paris 10/1990 Musée de Nouvelle-Calédonie 15/03/1990 20/05/1990

Référence bibliographique :

JSO - Journal de la Sté des Océanistes (préciser)
"Kanak. L'art est une parole" MQB 2013
Catalogue d'expo "Nouvelles Acquisitions" MNC 1994
28 PICARD, J.L."Arts primitifs: Afrique-Océanie" 1992

Date d'entrée / prise en charge du bien :

07/1993