Retour à la recherche

Bicorne de Gouverneur des colonies - Vêtements h...

Désignation

Bicorne de Gouverneur des colonies
Boîte à chapeau

Lieu :

Paris

Auteur :

A la Belle Jardinière Paris En savoir plus

Nom : A la Belle Jardinière
Prénom : Paris
Notice biographique : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%80_la_Belle_Jardini%C3%A8re À la Belle Jardinière est l'enseigne d'une chaîne de magasins de confection qui se développa en France au XIXe siècle. Histoire Un mercier de La Cité, Pierre Parissot, établit quai aux Fleurs en 1824, un commerce de vêtements confectionnés, vendus à prix fixe1. L'invention, par Barthélemy Thimonnier, de la machine à coudre permet à Parissot de développer considérablement ses affaires. Le magasin s'agrandit peu à peu et occupe un vaste quadrilatère situé entre la rue de la Cité, la rue du Haut-Moulin et la rue des Marmousets2. En 1856, le capital atteint déjà 3 millions de francs1. En 1864, l'enseigne est expropriée de son premier magasin de la Cité, qui est détruit trois ans plus tard pour construire l'Hôtel-Dieu2. Un nouveau magasin est alors construit quai de la Mégisserie par l'architecte Henri Blondel, entre le 29 mai 1866 et décembre 1867. Partiellement inauguré en avril 1867, le bâtiment est agrandi en 18783. En 1869, Adolphe, neveu de Parissot, entre dans le capital : il est de 196 millions de francs en 1930, date de la transformation de l'entreprise en société anonyme. Marie Marguerite Lescot, petite-fille d'Adolphe, épousera Albert Bouclier qui en deviendra le PDG. La maison ne modifie jamais son objet initial, étant le seul grand magasin parisien à n'avoir conservé qu'une activité bien déterminée. Le concept de magasin proposant de la confection finie et en série, à un prix adapté à la nouvelle clientèle des classes moyennes, connaît un grand succès et le petit magasin de 1824 est à l'origine d'une des premières chaînes fonctionnant en franchise. L'enseigne regroupe 190 points de vente en 1840 et 322 en 1860. Des établissements scolaires y font faire leurs uniformes, comme le Collège Stanislas de Paris. Pendant la Première Guerre mondiale, La Belle Jardinière vend des vêtements militaires aux officiers français et alliés. La Belle Jardinière cesse son activité en 1972, après que M. Bricard, président-directeur général, l'eut cédée aux frères Willot (groupe Agache-Willot) qui ont, dans ce rachat, un objectif de plus-value immobilière. L'enseigne Conforama, alors propriété du groupe Agache, remplace rapidement la Belle Jardinière. Par la suite, après les démêlés financiers et judiciaires des nouveaux propriétaires, les bâtiments de la rue du Pont-Neuf, qui ont abrité le grand magasin des quais de Seine, sont rachetés par le groupe LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton, déjà propriétaire de La Samaritaine, et sont toujours en partie occupés par Conforama ainsi que par les enseignes Darty et Habitat. Notes et références ↑ a et b Musée D'Orsay [archive] ↑ a et b Rue du Haut Moulin, de la rue de Glatigny [archive] sur vergue.com [archive] ↑ Dessin d'Henri Blondel [archive], musée d'Orsay Source Archives de France / Centre des archives du monde du travail [archive] Bibliographie François Faraut, Histoire de "La Belle jardinière", Belin, Paris, 185 p. + 48 p. de pl. (ISBN 2-7011-1116-1) (texte remanié d'une thèse de 3e cycle) Jean Lambert-Dansette, Histoire de l'entreprise et des chefs d'entreprise en France, L'Harmattan, 2000, p. 232-234 (ISBN 9782747512206)

Matière et technique

Feutre ; Cousu (es)
Plume(s) d'autruche (gen. Struthio) ; Assemblé (composite)
Cannetille ; Jaseron ; Broderie au fil d'or
Satin ; Cousu (es)
Métal ou alliage de nature indéterminée ; Assemblé (composite)
Bois indéterminé (xylème)

Mesures

Longueur en cm : 50 (chapeau) ; Hauteur en cm : 16 (chapeau) ; Largeur en cm : 16 (chapeau) ; Longueur maximale en cm : 56.5 (boîte) ; Largeur maximale en cm : 27.5 (boîte)

Identification

MNC 98.4.43 ab

Objet associé

MNC 98.4.53 Habit de grande tenue de Gouverneur des colonies Collection MNC : Ensemble ; MNC 98.4.49 ab Epée de cérémonie Collection MNC : Ensemble ; MNC 98.4.50 ab Echarpe tricolore avec glands en or à grosses torsades Collection MNC : Ensemble ; MNC 2017.7.1 (Le Gouverneur Gustave Gallet en grande tenue de cérémonie) Collection MNC : Photographie de l'objet en contexte

Description :

Partie a: Bicorne en feutre taupé et plumes d’autruche, ganse brodée d’or aux feuilles de chêne et d’olivier (feutre, satin, plumes d’autruches et broderie d’or). On note un écusson portant les initiales BJ à l'intérieur, faisant référence à la maison de confection "La Belle Jardinière". Partie b: boîte de transport en bois avec attaches en fer.

Inscriptions / marques

Marque de fabrique ; monogramme comportant des initiales BJ (voir fonctionnement et contexte) à l'intérieur du bicorne

Fonctionnement et contexte

Grande tenue de cérémonie du gouverneur Gustave Gallet (1850-1926). Composée des éléments suivants: MNC 98.4.53 Habit brodé d’or aux feuilles de chêne et d’olivier, boutons dorés avec palme et trophée (toile de laine, satin, broderie d’or, métal doré). MNC 98.4.60 chemise blanche à plastron (coton, cire). MNC 98.4.46 gilet à boutons dorés avec palme et trophée (coton, satin, métal doré). MNC 98.4.59a nœud papillon blanc (coton). MNC 98.4. 50a écharpe tricolore en filet de soie bleu rouge et argent avec glands en or à grosses torsades (soie, broderie d’or). MNC 98.4.43a bicorne en feutre taupé et plumes d’autruche, ganse brodée d’or aux feuilles de chêne et d’olivier (feutre, satin, plumes d’autruches et broderie d’or). MNC 98.4.49a épée à poignée de nacre (acier, nacre, dorure d’or fin). MNC 98.4.41ab Bottines en cuir (cuir). Cette tenue, similaire à la même époque aux grandes tenues de cérémonie des préfets de la République, a la particularité de comporter des broderies d’or plutôt que d’argent, signifiant son appartenance à un Gouverneur des Colonies. Le même type de costume était porté par le Gouverneur Repiquet au moment de la révolte de 1917. Détaché au service topographique de la Nouvelle-Calédonie à l’âge de 22 ans, Gustave Gallet a passé l’essentiel de sa carrière sur le territoire. Il a dirigé la création des centres agricoles de Moindou, La Foa et Koné et a reçu par le Gouverneur Olry la médaille de Chevalier de la légion d’honneur pour sa participation à la répression de l'insurrection kanak de 1878-1879. Successivement chef du service des affaires indigènes puis directeur de l’Intérieur par intérim de la Nouvelle-Calédonie, il sera ensuite Gouverneur intérimaire puis Gouverneur titulaire des Établissements Français d’Océanie (actuelle Polynésie Française) de 1896 à 1902, date de sa retraite après avoir passé 30 ans en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie. Une dessin fait à Papeete de Gustave Gallet dans ce costume, nous permet de dater son acquisition avant le 25 février1900. Ce costume ainsi que de nombreux objets océaniens collectés par Gustave Gallet ont été achetés en 1998 par le musée de Nouvelle-Calédonie auprès de son petit-fils.

Exposition

"Da Men Bwat 1917" ADCK / Centre Culturel Tjibaou 09/08/2017 09/11/2017
"Da Men Bwat 1917" ADCK / Centre Culturel Tjibaou 09/08/2017 09/11/2017

Date d'entrée / prise en charge du bien :

30/04/1998