Retour à la recherche

salatasi - Vernaculaire Wallis & Futuna - Vernac...

Désignation

salatasi
Tapa (étoffe d'écorce)

Lieu :

Futuna : Ile
Wallis et Futuna

Matière et technique

Mûrier à papier: écorce battue ; Tapa
Pigment brun prob.d'origine minérale ; Appliqué
Pigment noir prob. d'origine végétale (carbone) ; Appliqué
Pigment rouge prob.d'origine minérale (ocre rouge) ; Appliqué

Mesures

Longueur en cm : 111 (sans les franges) ; Largeur en cm : 49 (sans les franges) ; Largeur maximale en cm : 59 (avec les franges) ; Longueur maximale en cm : 123 (avec les franges)

Identification

MNC 86.3.93

Description :

Tapa rectangulaire au format horizontal, comprenant de larges bandes découpées le long du bord inférieur, et de petites franges sur les côtés. Le dos est entièrement peint en brun, ce qui donne un intérêt supplémentaire aux franges et aux bandes. Il est coupé relativement régulièrement sur le bord supérieur où il n'y a pas de franges. Il est constitué de deux épaisseurs de tapa sont feutrées en une seule fine mais solide épaisseur. La décoration est formée d'une grille de lignes noires fines et de petits tronçons peints en brun, rouge ou noir. Quelques motifs dessinés à main levée sont visibles sur ou entre les damiers.

Inscriptions / marques

Etiquette ; scotchée : "remarque ou remarquable"? tapa avec dessin et plusieurs trous.long 104 cm larg 54.5 + franges.

Fonctionnement et contexte

Texte tiré de l'exposition "Les richesses de Tositea: Siapo, gatu et autres étoffes d’Uvea et de Futuna": D’un point de vue culturel, Wallis et Futuna, Territoire français d’outre mer, appartiennent à la Polynésie Occidentale. Mais le découpage de l’Océanie, en Mélanésie, d’une part, et Polynésie, d’autre part, est artificiel. Il est dû aux navigateurs et aux géographes européens du xixe siècle et l’on serait bien en peine aujourd’hui de définir de manière précise les différences qui le fonde, tant dans les représentations que dans les pratiques des sociétés de ces deux régions. En revanche, les sociétés de Wallis et Futuna partagent avec les îles proches de Fidji, Samoa et Tonga, tout un ensemble de traits communs. Toutes les cinq ont connu un développement spécifique des techniques et de l’utilisation du tapa. L’existence de vastes réseaux d’échange, liant entre elles ces régions et ayant longtemps perduré dans le temps, est pour beaucoup dans cette homogénéité. Cependant, au sein de cette vaste région, les types de tapa, le vocabulaire spécifique qui en désigne les différents types ou les outils entrant dans sa fabrication rapprochent Wallis de Tonga et Futuna de Samoa. À Wallis et Futuna, comme dans toute cette région, le tapa est avant tout un tapa de mûrier à papier, très apprécié pour la finesse et la blancheur de la matière première qu’il permet d’obtenir. À Futuna, une des pièces maîtresses de l’art du tapa est le salatasi, très travaillé et qui ne semble pas avoir eu d’équivalent à Wallis. Il est recouvert de très fins motifs noirs auxquels quelques touches de rouge sont ajoutées. Cette étoffe était très valorisée et précieusement conservée. Comme pour les nattes fines de Samoa, une mère débutait la fabrication d’un salatasi pour sa fille peu après la naissance de cette dernière. Elle la porterait « en jupe » à l’occasion de cérémonies et, en particulier, de son mariage. Ces pièces d’étoffe pouvaient atteindre de très grandes dimensions, le salatasi de tasi, « un », prenait alors le nom de salalua, de lua « deux », salatolu, de tolu « trois », salafà, de fà « quatre » etc.

Exposition

"Les Noctambules 2016" première soirée Musée de Nouvelle-Calédonie 08/04/2016 08/04/2016
"Les richesses de Tositea" MNC Musée de Nouvelle-Calédonie 05/02/2011 26/09/2011

Référence bibliographique :

"Les richesses de Tositea: Siapo, gatu et autres étoffes d’Uvea et de Futuna"
Site Internet du MNC