Retour à la recherche

Costume de deuilleur - Pratique funéraire - Prat...

Désignation

Costume de deuilleur

Lieu :

Nouvelle-Calédonie

Auteur :

Lopez Itrema Kofie En savoir plus

Nom : Lopez
Prénom : Itrema Kofie
Notice biographique : Biographie par Angéla DAO, Service des musées et du patrimoine, 5/02/2010 Le Musée de Nouvelle-Calédonie présente, du 3 mars au 4 octobre 2010, une exposition temporaire intitulée « Bambous kanak : une passion de Marguerite Lobsiger- Dellenbac » . La majorité des pièces exposées provient du Musée d’Ethnographie de Genève (MEG), une autre partie, moins nombreuse, provient des collections permanentes et des réserves du Musée de Nouvelle-Calédonie. L’originalité de cette exposition tient au fait que, à côté des objets traditionnels, certains anciens, d’autres plus modernes, figurent des œuvres d’artistes contemporains, tous inspirés par les bambous gravés. Un de ces artistes est Itrema Lopez. Passionné et curieux, cet artiste autodidacte originaire de la tribu de Thuahaïk (Lifou), débute sa carrière au début des années soixante-dix. L’éducation est transmise oralement : observer, mémoriser les gestes, discuter, échanger. Histoires racontées, histoires vécues, les connaissances acquises auprès de son beau-père de Houailou le conduisent à entreprendre des recherches sur l’art et la culture kanak en général. En 1972 il voit dans les curios de Nouméa des objets kanak fabriqués par des artisans européens. Aucun Kanak à l’époque n’exploite cette activité. Il se sert donc de cette instruction familiale pour approcher l’art pictural du bambou depuis le dessin jusqu’à la peinture et la sculpture. Après moult métiers, c’est avec son âme d’artiste qu’il sillonne le pays et enseigne à son tour son art pour le compte des établissements scolaires ou de l’institution carcérale, l’éducation étant un processus de transmission des valeurs de la culture d’une génération à l’autre. Il aimait à dire sur son parcours d’enseignant qu’il est un peu l’arbre qui a beaucoup de fruits. De la gravure à la pyrogravure, Itrema Lopez développe une esthétique nouvelle, nourrie de l’art primitif des pétroglyphes et des bambous gravés traditionnels. L’esprit du trait semble guider une œuvre souvent figurative qui trouve son plein épanouissement avec les thèmes de la vie traditionnelle kanak (le pilou, la culture de l’igname, les tarodières, la pêche, la chasse, la construction de la case, la guerre, la famille, la tribu, etc). C’est en visitant le Musée de Nouvelle-Calédonie qu’il découvre pour la première fois -sans s’attarder- les bambous gravés. Il lui faudra attendre bien des années plus tard, grâce à son beau-père qui lui narre les événements de la vie d’autrefois, pour se souvenir soudain de la collection des bambous du Musée de Nouvelle-Calédonie. Alors, il comprend que ces bambous racontent la même histoire que son beau-père et qu’ils expriment la même authenticité. Son parâtre a été un personnage très important dans sa vie, pourtant il ne gravait pas, il ne sait que lui raconter les histoires. « Il faut vivre l’histoire » disait-il, « il faut être dedans, parce que tous ceux qui ont gravé les bambous, sont dans l’histoire, ils expliquent ». Voilà pourquoi l’artiste Itrema Lopez aime graver la vie d’antan, pour en montrer la beauté et la noblesse. Ses œuvres sont très prisées. Il travaille notamment sur commande et réalise des scènes en pyrogravure pour le grand public, mais réserve la « gravure » pour des connaisseurs (collectionneurs privés ou musées). Il aime faire des choses nouvelles. Son expérience, sa patience, sa volonté, sa maîtrise de la technique, lui permettent d’expérimenter de nouveaux supports, des produits dérivés tels des piques à cheveux, des peignes, des pots, des t-shirts, etc…. date de naissance : 27 mai 1947 date de décès : 19 mai 2013

Epoque, datation :

1988

Matière et technique

Bois indéterminé (xylème) ; Sculpté en ronde-bosse
Jonc (Juncacée ou Cyperacée) ; Tressage - Vannerie
Figuier: écorce battue (Ficus sp. - Moracée) ; Tapa
Coton: ficelle
Fibres végétales indeterminées ; Tressage - Vannerie
Cheveux humains ; Tressage - Vannerie
Plume(s) de notou (Ducula goliath)
Coquillage porcelaine blanche (Ovula ovum)

Mesures

Hauteur en cm : 152 ; Diamètre maximal en cm : 93 ; Hauteur avec socle en cm : 184 ; Largeur du socle : 30 ; Profondeur du socle en cm : 30 ; Poids (en g)

Identification

MNC 2010.0.1

Description :

Costume de deuilleur fabriqué en 1988 par Lopez Kofie Itrema. Comme les costumes plus anciens, il comporte une figure en bois sculpté, surmontée d'une coiffe de fibres et de cordelettes de coton tressées (le tidi est symbolisé à l'arrière par un morceau de natte en jonc), soutenant une boule formée d'une armature de liane recouverte de cheveux humains de taille et couleurs variés. Sous le menton et autour du visage, sont attachées des morceaux de fougère noire et le bas du costume est constitué d'un manteau de plumes de notou attachées par bouquets sur une nasse de fibres tressées. La figure du masque est de forme ovale et de couleur noire. Le nez est protubérant et crochu, les yeux en amande, la bouche aux dents pointues, mais non perçée. Une coquille de porcelaine est attachée au-dessus du masque, sur la coiffe.

Inscriptions / marques

Commentaire ; Français ; Insription/ signature manuscrite et semi-effacée située sur le coquillage au front du masque du costume: "masque du Nord Nouvelle-Calédonie Itrema 88"

Fonctionnement et contexte

Itrema Lopez est un artiste autodidacte originaire de la tribu de Thuahaïk (Lifou) en 1947 et décédé en 2013, qui a débuté sa carrière au début des années soixante-dix. En 1972 il voit dans les curios de Nouméa des objets kanak fabriqués par des artisans européens. Aucun Kanak à l’époque n’exploite cette activité. Il se sert donc de son instruction familiale pour approcher l’art pictural du bambou depuis le dessin jusqu’à la peinture et la sculpture. De la gravure à la pyrogravure, Itrema Lopez développe une esthétique nouvelle, nourrie de l’art primitif des pétroglyphes et des bambous gravés traditionnels. L’esprit du trait semble guider une œuvre souvent figurative qui trouve son plein épanouissement avec les thèmes de la vie traditionnelle kanak (le pilou, la culture de l’igname, les tarodières, la pêche, la chasse, la construction de la case, la guerre, la famille, la tribu, etc). Ce costume, fait en 1988 reprend les matériaux et les techniques utilisées pour faire les costumes de deuilleur traditionnels kanak.

Exposition

Journées du Patrimoine Visite Réserve 2018 Musée de Nouvelle-Calédonie 22/09/2018 22/09/2018

Date d'entrée / prise en charge du bien :

1988