Retour à la recherche

Applique latérale de porte - Case de chef ou gra...

Désignation

Applique latérale de porte
jövö

Création/Exécution

Tiendanite (tribu)
Tendo (District coutumier)
Hoot Ma Whaap : Aire coutumière
Nouvelle-Calédonie : Pays

Matière et technique

Houp: bois (Montrouziera cauliflora - Guttifere) ; Sculpté

Mesures

Hauteur en cm : 121.6 ; Largeur en cm : 58 ; Epaisseur en cm : 15.5 (au nez) ; Largeur du socle : 40 ; Profondeur du socle en cm : 50

Numéro d'inventaire :

MNC 86.5.503

Objet associé

MNC 86.5.502 Applique latérale de porte Collection MNC : Paire

Description analytique

Applique monoxyle sculptée en bas relief ayant la forme générale d'une planche légèrement incurvée, représentant dans sa presque moitié supérieure un visage stylisé et dans sa moitié inférieure une série de motifs qui est incomplète du fait de la destructin par le feu. Le visage comporte des yeux en demi-cercle, un nez avec des narines larges et incurvées. La bouche, en creux, est fine et rectangulaire. L'oreille gauche est symbolisée par un triangle comportant des lignes, sur le côté du visage, la partie droite a disparu. Un motif en diamant se situe à l'aplomb du milieu du visage. Il est entouré de tous les côtés de 7 lignes en relief qui rejoignent d'autres lignes verticalement, formant des zigzags ainsi que l'ébauche d'une autre série de losanges en diamant de chaque côté. Des traces de polychromie noire, rouge et blanche subsistent dans les creux de la sculpture.

Fonctionnement et contexte

Placées de part et d'autre de la porte de la grande case du chef kanak, les pièces sculptées communément nommées "chambranles" ne sont en aucune façon des chambranles mais plutôt des appliques. Elles ont pour utilité de plaquer contre les parois de la case l'extrémité des lattes et gaulettes qui soutiennent le chaume ou les peaux de niaouli. Généralement sculptées dans du houp (Montrouziera cauliflora), leur largeur diffère selon la région (étroits dans l'aire Paicî, plus larges au Nord et sur la côte Est). Le dos des chambranles est légèrement incurvé afin de faciliter leur application contre la paroi. Ces pièces portent, comme les flèches faîtières des traces de dégradations rituelles (nez cassés, entailles, trous). Cette pièce est l'applique de la case de la famille de Jean-Marie Tjibaou, en partie brûlée lors de la répression de la révolte de 1917. Son pendant fait 2.5m de haut.

Exposition

"Da Men Bwat 1917" Centre Culturé de Koné Centre culturel de Koné 18/11/2017 23/02/2018
"Da Men Bwat 1917" ADCK / Centre Culturel Tjibaou 09/08/2017 09/11/2017
Nuit des Musées 2016 Musée de Nouvelle-Calédonie 21/05/2016 21/05/2016 ; Objet sorti pour les balades réalisées lors de la Nuit des Musées 2016, mis en Mezz de la SEP
"Kanak, l'Art est une parole" MQB Musée du Quai Branly, Paris 14/10/2013 26/01/2014 ; Objet sélectionné pour l'exposition "Kanak" au Musée du quai Branly à partir du 14 octobre 2013 à Paris.
Exposition perm du CC Goa Ma Bwarhat Hienghène CC Goa Ma Bwarhat Hienghène ; D'après une fiche fantôme retrouvée ce 16/7/2007, de l'écriture de Siorat ou Kasarhérou, au crayon rouge : "les N° 500 à 538 sont déposés au Musée de Hienghène" (pas de date) suivi d'une mention au crayon de papier "retour de 529 et autre monnaie"

Bibliographie

"Kanak. L'art est une parole" MQB 2013 ; Demande de droits de reproductions pour illustration du catalogue. de l’exposition « kanak, l’art est une parole » qui se tiendra au musée du quai Branly d’octobre 2013 à janvier 2014. La date de parution du catalogue est fixée au 15 octobre 2013 avec un tirage à 4500 exemplaires. Page 284
"L'art autochtone de NC" 1953 ; planche III, Fig 6. "Chambranles de portes. représentation du couple IFO D48.2.4 et 6 Tiédanite hienghène. Recueillis par monsieur Leenhardt. La partie inférieure du chambranle de droite a été brûlée lors de l'incendie de la case en 1917."