Retour à la recherche

Décor de théâtre - Art et techniques - Huile sur...

Désignation

Décor de théâtre
Huile sur toile

Lieu :

Nouvelle-Calédonie : Pays

Auteur :

Mascart Roland En savoir plus

Nom : Mascart
Prénom : Roland
Notice biographique : Fils de Paul Mascart. Venu en N.C. avec son père en 1929, il avait alors 20ans lorqu'il décrouvrit la N.C. C'est là, dans ce premier contact avec l'intense lumière du pacifique, qu'il décida de conscrer son existence entière à une oeuvre à la fois picturale et graphique. Jusqu'en 1935, il n'eut de cesse de voyager à travers toute l'île, mais aussi aux Loyauté partageant la vie des colons et des communautés autochtones qu'il a si bien su décrire avec cette émotion poétique qui n'appartient qu'à lui, mêlée à une harmonie musicale des des couleurs, toujours recherchée. Outre son exposition à l'hôtel Central en 1934, il a effectué deux nouveaux séjours à Nouméa , l'un en 1970, l'autre en 1974-75, durant lesquels il a présenté au Musée Néo-Calédonien ses oeuvres anciennes et récentes, ainsi qu'une exposition rétrospective de son père en février-mars 1975. Auteur de peintures murales figurant à l'Ecole nationale des Douanes et à l'hôtel de ville médiéval de Domme (vaste tryptique de 7m x 2.6m), il a illustré les "Légendes Canaques" de Georges Baudoux et a signé les lithographies de l'édition de luxe "Calédoniens et Hébridais" de Patrick O'Reilly. Nombre de ses toiles ont été acquises par l'Etat et par la ville de Paris, et sa participation de longue date aux grandes expositions et salons parisiens font de lui l'un des ambassadeurs les plus sûrs de la N.C. en Métropole ainsi qu'à l'étranger.

Epoque, datation :

1937

Matière et technique

Peinture à l'huile ; Toile de lin ; Peinture à l'huile

Mesures

Longueur maximale en cm : 1820 ; Largeur maximale en cm : 100

Identification

MNC 2014.8.5

Objet associé

MNC 2014.8.1 Décor de théâtre Collection MNC : Même ensemble / série ; MNC 2014.8.2 Décor de théâtre Collection MNC : Même ensemble / série ; MNC 2014.8.3 Décor de théâtre Collection MNC : Même ensemble / série ; MNC 2014.8.4 Décor de théâtre Collection MNC : Même ensemble / série

Description :

Grande toile au format paysage allongé, représentant un paysage calédonien de type plage au premier plan, avec des rochers sur la droite, puis la mer en arrière plan. La toile a été peinte sur un seul lais de lin, sans couture, et est très similaire au MNC 2014.8.4.

Inscriptions / marques

Commentaire ; Français ; Manuscrit: côté jardin -voir image en multimedia ; Au dos

Fonctionnement et contexte

Ce décor de théâtre faisait partie de la collection d’Édouard Bergé (1898-1973), né en Nouvelle-Calédonie, ami des artistes et collectionneur d’objets calédoniens. Ainsi que le raconte Patrick O'Reilly dans la nécrologie parue dans le Journal de la Société des Océanistes en 1974, Édouard Bergé a vécu en Calédonie jusqu’à la mort de son père, fonctionnaire des douanes, en 1912. Engagé volontaire en 1915, à 17 ans, il gagne la Croix de Guerre à Verdun où il sera gazé. À la Seconde Guerre mondiale, il sera mobilisé dans le Génie et en reviendra avec une nouvelle citation. Il sera le fondateur d'un Cabinet d'Assurance, mais sa vie tournera autour de ses amitiés avec les artistes. Il sera particulièrement proche des Mascart, peintres calédoniens, car il conserve toute sa vie pour son île natale un grand attachement sentimental. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, lors du passage à Paris du Bataillon du Pacifique, qui, de retour de Bir-Hakeim et de Monte Cassino, attend, grelottant et désemparé, son rapatriement, il découvre ces exilés dans les casernements où ils vivent à couteaux tirés avec les Tahitiens, et les regroupe, leur ouvre sa maison, leur organise des sorties correspondant à leurs intérêts des monuments de Paris aux exploitations agricoles ou maraîchères de la grande banlieue et aussi des séances de cinéma, de théâtre. Quelques temps après qu'ils eurent regagné la Grande Terre, Edouard Bergé fut surpris d'apprendre qu'un Édouard Berge Braino était né au Petit Couli et qu'on le priait d'en devenir le parrain… Le grand chef Braino Cyprien disait ainsi son merci de l’accueil reçu en des jours difficiles... Ce décor de théâtre, qui fait partie d’un ensemble de cinq, peints par Roland Mascart et présentant des paysages calédoniens, a probablement été utilisé pour un spectacle donné à la fin de la guerre pour les troupes calédoniennes. D’après Gilbert Bladinières, ils ont probablement été faits à Nouméa en 1931 par Roland Mascart, pour une commande du grand théâtre Ménard pour le décor de « La Fleur d’oranger » (pièce d’André Birabeau et Georges Dolley, créée en 1924, à la comédie Caumartin, Paris) qui se joue à Nouméa le 13 août 1931. Ils auraient ensuite été expédiés en France pour la participation de Paul et Roland Mascart à la grande exposition internationale « Arts et Techniques dans la vie moderne » qui se tient à Paris du 25 mai au 25 novembre 1937. Les décors auraient enfin été réutilisés en 1944, après la libération de Paris, pour un spectacle organisé aux arènes de Lutèce en l’honneur des Volontaires du pacifique par le couple Bergé, bienfaiteurs des Calédoniens. Ce sont les plus grandes pièces réalisées par Roland Mascart conservées à ce jour, toutes les autres fresques et décors de théâtre ayant été détruits. À lire pour en savoir davantage: le catalogue de l'exposition artistique et documentaire « Paul et Roland Mascart: dans la lumière. Un autre regard sur la Nouvelle-Calédonie des années 1930 » (Commissaire : Gilbert Bladinières)