Retour à la recherche

Costume de deuilleur - Pratique funéraire - Prat...

Désignation

Costume de deuilleur

Création/Exécution

Centre-Nord du territoire : Région ; 19e siècle (4ème quart)
Hoot Ma Whaap : Aire coutumière
Paici Camuki : Aire coutumière
Nouvelle-Calédonie : Pays

Matière et technique

Bois indéterminé (xylème) ; Sculpté
Plume(s) de notou (Ducula goliath) ; Assemblé (composite)
Jonc (Juncacée ou Cyperacée) ; Tressage - Vannerie
Cheveux humains ; Assemblé (composite)
Ecorce battue d'origine indéterminée ; Assemblé (composite)
Ficelle de fibres végétales indéterminées ; Tressage - Vannerie

Mesures

Hauteur en cm : 131 ; Longueur en cm : 24 (visage) ; Largeur en cm : 15 (visage)

Numéro d'inventaire :

MNC 90.11.1

Description analytique

Le costume de deuilleur comporte une figure en bois sculpté, très certainement du houp Montrouziera sp., noirci à la fumée. Le front, fortement bombé, l'arcade sourcilière et le nez sont saillants. Le traitement de la bouche, sans dent, et des yeux en losanges, le rapproche des masques du centre de la Grande Terre. L'absence de graines d'Arbrus Precatorius, collées autour de la bouche, est probablement l'indice qu'il s'agit d'une pièce du centre Nord. La coiffure est faite de cheveux humains, enroulés en longue mèches cousues sur une armature de tiges de salsepareille (Smilax). Ce dôme repose sur la figure en bois et sur un couvre-nuque tressé. Le manteau est fait d'un filet sur lequel sont liées par touffe des plumes de pigeon Notou Ducula Goliath. Il est bien complet, ce qui n'est pas courant.

Fonctionnement et contexte

La face du costume de deuilleur était en bois, sans ouverture aux yeux, le porteur de masque regardait par la bouche et était ainsi plus grand. L'armature était en jonc tressé, couronnée par des cheveux humains. Une grande barbe en cheveux se posait sur des bouquets de plume de notou. Ce costume enveloppait tout le corps du porteur jusqu'aux genoux. Il était utilisé au nord de l'île juqu'à wainou. Il portait dans les éléments qui le composent, la symbolique liée au pays des morts. Il était aussi un insigne de pouvoir politique qui était remis au "chef" ou "grand aîné" par les groupes plus anciennement implantés. Le porteur du masque se comportait comme un policier qui, par son attitude agressive, appelait les gens à se disperser à la fin d'une cérémonie.

Exposition

"Kanak, l’Art est une parole" CCT 2014 ADCK / Centre Culturel Tjibaou 15/03/2014 15/06/2014
"Kanakart - Ancestral body" Pataka Museum, Poirirua, NZ 26/08/2007 01/12/2007
Exposition permanente Musée de Nouvelle-Calédonie

Bibliographie

Brochure d'expo "Kanakart" Pataka Galery 2007 ; Brochure dépliante carrée en couleur et en 4 feuilles (soit 8 pages). Pas de numéro de page.
IDOUX Caroline "Les Oiseaux" Planète Mémo 2006 ; Page 54

Date d'entrée / prise en charge du bien :

29/08/1989