Retour à la recherche

Statue à planter (deuilleur) - Statue à planter ...


Description :

Sculpture monoxyle représentant un homme debout, vêtu d'une tunique à motif quadrillé symbolisant le costume de deuilleur recouvert de plumes. Le personnage à la tête noire porte une coiffe ovale en "pain de sucre" recouvertes de stries verticales qui se rejoignent au sommet. Le nez surplombe le visage et s'en détache à la base. Les yeux sont quasi fermés, les sourcils en accent circonflexes. La barben en triangle arrondi, comporte elle aussi des stries verticales. Les bras sont en ronde-bosse légère, de couleur rouge, rabattus sur le ventre. Le traitement des jambes est classique de la sculpture kanak, et les genoux plus fins, sont marqués par une protubérance. Les pieds s'accrochent de chaque côté d'un poteau dont la base a été sciée dans le passé.

Fonctionnement et contexte

D'après Roger Boulay, catalogue "De Jade et de Nacre" 1990: Plantées à l'intérieur de la case dans le chaume de la toiture, liées contre l'un des poteaux du tour ou contre le pilier central, coincées entre les baguettes supportant l'écorce de niaouli formant le revêtement intérieur, ces figurines sont désignées sous le terme de "gardiens" dans toutes les régions. (...) Les sculptures de ce type sont dues très vraisemblablement à une production laissée à l'initiative personnelle. Chacun devait pouvoir confectionner ces petits gardien à sa convenance. Si la forme générale peut varier (...) la représentation est toujours la même: il s'agit de la figure du porteur de masque enduite de noir. La fonction de cet objet est mise en évidence par l'examen attentif d'une photographie de Sarasin prise en 1911 dans la vallée de la Tiouakaz: l'entrée de la case est ornée de deux appliques sculptées et d'un seuil. La base du chambranle de gauche est brisée. Or dans l'espace laissé vacant on a disposé une minuscule figurine, représentation du porteur de masque, destinée à repousser les assauts des esprits malins ou des génies malfaisants qui profiteraient de cette entrée non contrôlée pour s'introduire dans la maison. La présence de cet objet au musée est attesté avant les années 1950, mais sans plus de précisions.

Exposition

"Kanak, l’Art est une parole" CCT 2014 ADCK / Centre Culturel Tjibaou 15/03/2014 15/06/2014
Exposition permanente Musée de Nouvelle-Calédonie