Retour à la recherche

Pétroglyphe

Désignation

Pétroglyphe

Création/Exécution

Poro / Pöröö

Matière et technique

Péridotite (roche) ; Gravé (pierre ou coquillage)

Mesures

Longueur maximale en cm : 52 ; Largeur maximale en cm : 49 ; Hauteur maximale en cm : 21 ; Poids (en kg) : 92

Numéro d'inventaire :

MNC 86.5.1243 a

Objet associé

MNC 86.5.1243 b Pétroglyphe Collection MNC : Ensemble

Description analytique

Pétroglyphe portant la gravure d'un pied humain.

Fonctionnement et contexte

Le développement d’une partie des pétroglyphes sur la Grande-Terre à partir du premier millénaire après J.C peut s’expliquer par cette nécessité de définir les limites foncières. Ces limites ont varié au cours des siècles ; il en a été de même des familles de propriétaires, déplacées par les guerres, les alliances et les jeux politiques. Tout en montrant des styles régionaux relativement différenciés, les motifs des pétroglyphes ont également varié. Certains de ces motifs ont été incisés sur des poteries, d’autres dessinées sur des parois de grottes. Les derniers pétroglyphes ont été gravés au début du XXème siècle, comme en a témoigné le pasteur Leenhardt. Ce sont en tout des milliers de pétroglyphes qui ont été gravés, leur signification dépassant largement la notion de délimitation des terres : concours, rite d’initiation, magie, souvenir, aide-mémoire, lieu d’échange, rite religieux… Comme il le publie en 1909, ce pétroglyphe a été trouvé par Marius Archambault, Commis principal des Postes et Télégraphes à Nouméa: "j'ai trouvé le pied humain ou plutôt l'empreinte en creux de cet organe figurée par paires sur deux blocs du groupe des "Cent-pierres". Il a alors été ramené au musée de Nouméa "Les pierres les plus transportables de ce sanctuaire (comment désigner autrement cet ensemble archéologique?), malheureusement placé en plein sur des terrains nickelifères ont pris le chemin du musée de Nouméa. C'est autant à l'abri du fatal vandalisme des mineurs !".

Exposition

"Kîbô, pétroglyphes du pays kanak" Musée de Bourail 02/09/2017 04/12/2017
"Kîbô, pétroglyphes du pays Kanak" ADCK / Centre Culturel Tjibaou 28/05/2016 30/05/2017
"Enrichir, conserver, valoriser" Musée de Nouvelle-Calédonie 14/01/2009 06/04/2009
"Minéralité" ADCK / Centre Culturel Tjibaou 22/11/2006 18/02/2007
"Lumières dans la nuit" Musée de Nouvelle-Calédonie 20/05/2005 22/08/2005 ; MT 11/09/2008: cette exposition figure ici alors que l'objet ne fait pas partie de l'inventaire des objets exposés réalisé par JJW.

Bibliographie

"Note sur l'épigraphie des monuments lithiques de la Nouvelle-Calédonie" ; . In: Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 53e année, N.2, 1909. pp. 134-144. p.142: texte (voir fonctionnement et contexte)
"Les sculptures et les gravures sur roche de la Nouvelle-Calédonie" 1909 ; Archambault Marius. Les sculptures et les gravures sur roche de la Nouvelle-Calédonie. In: Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, V° Série. Tome 10, 1909. pp. 517-530. P. 526 "Le pied est représenté d'une façon plus réaliste.- Il est sculpté en creux par paires sur deux blocs du dit groupe des « Cent-Pierres ». Le contour est assez fidèle, les orteils ne sont pas exagérés, mais l'ensemble a une forme plutôt rectangulaire"

Date d'entrée / prise en charge du bien :

1902