Retour à la recherche

Dépliant promotionnel - Carte postale photograph...

Désignation

Dépliant promotionnel
Carte postale photographique

Création/Exécution

1923, antérieur à ; Nething Charles "Billiard" dit En savoir plus

Nom : Nething
Prénom : Charles "Billiard" dit
Notice biographique : http://photographesenoutremerpacifique.blogspot.com/2009/12/nething-charles-charles-billiard-dit.html Infos prises le 24 octobre 2012 Nething (1866-1947) arrive en Nouvelle-Calédonie en mars 1889, et est l'assistant de Devambez qui lui vend son studio et ses plaques de verre (1891). Il fait des clichés au format carte de visite signés H.B.Nething, Photo. Nouméa. Il exploite son fonds jusqu’en 1923. Il édite des cartes postales tirées de ses clichés. Il a pour assistant Lacomme. Le gouverneur Pardon lui demande un reportage sur le pénitencier de l’île Nou. Il enrichit sa collection de clichés de Nouméa, de la brousse et de tous les évènements de la vie locale (fête, bal, arrivée du courrier de France). En 1923, il rentre en France. Des clichés de Nething ont été utilisés par la revue Autour du Monde en 1903, et par Henri Russier dans son ouvrage Le Partage de l’Océanie. Il semblerait que le fonds ait été exploité par la droguerie de Louis Tranchand et Ventrillon, après son départ. Si les initiales H.B. sont bien celles de Charles Nething, ce photographe aurait été actif de 1889 à 1923.
http://photographesenoutremerpacifique.blogspot.com/2009/12/nething-charles-charles-billiard-dit.html Infos prises le 24 octobre 2012 Nething (1866-1947) arrive en Nouvelle-Calédonie en mars 1889, et est l'assistant de Devambez qui lui vend son studio et ses plaques de verre (1891). Il fait des clichés au format carte de visite signés H.B.Nething, Photo. Nouméa. Il exploite son fonds jusqu’en 1923. Il édite des cartes postales tirées de ses clichés. Il a pour assistant Lacomme. Le gouverneur Pardon lui demande un reportage sur le pénitencier de l’île Nou. Il enrichit sa collection de clichés de Nouméa, de la brousse et de tous les évènements de la vie locale (fête, bal, arrivée du courrier de France). En 1923, il rentre en France. Des clichés de Nething ont été utilisés par la revue Autour du Monde en 1903, et par Henri Russier dans son ouvrage Le Partage de l’Océanie. Il semblerait que le fonds ait été exploité par la droguerie de Louis Tranchand et Ventrillon, après son départ. Si les initiales H.B. sont bien celles de Charles Nething, ce photographe aurait été actif de 1889 à 1923.

Matière et technique

Papier ; Positif direct sur papier albuminé

Mesures

Largeur en cm : 13.4 ; Longueur en cm : 26.9 ; Epaisseur en cm : 0.1

Numéro d'inventaire :

MNC 2013.0.1

Description analytique

Dépliant promotionnel en trois parties prêtes à être déchirées par des pointillés. Une face imprimée fait la promotion des plantations de la Négropo par A. Féré à Canala sur les deux premières parties, tandis que la 3e sert de bon de commande pour la vente du café via des colis postaux franco domicile de 3, 5 ou 10 kilos, en passant par des prix de 12, 19 et 37 francs d'époque. Sur l'autre face, les deux premières parties sont illustrées de photographies tandis que la 3e est une carte postale adressée à M. E. Féré (le père de A. Féré), avec son adresse 27, quai Casimir-Delavigne au Havre. Les photographies sont des tirages sur papier albuminé, d'après des diapositives monochromes sur verre, dont l'une est intitulée « M. Féré et travailleurs canaques (maïs et haricots). Nébamé » du photographe Charles Nething.

Inscriptions / marques

Texte ; Français ; Face 1 en trois parties ; PLANTATIONS DE LA NÉGROPO A. FÉRÉ — CANALA (Nouvelle-Calédonie) M On nous a beaucoup reproché de laisser exploiter nos colonies par les Allemands et les Anglais, mais depuis déjà un certain temps, les difficultés De se caser en France y aidant, l'idée coloniale a fait du chemin et nous avons maintenant dans nos colonies bon nombre de jeunes gens qui, tout en cherchant à s'y procurer des situations, contribuent à l'extension de la France. C'est, il me semble, un peu notre devoir à tous de leur donner un sympa- tigue encouragement en achetant leurs produits de préférence à ceux des étrangers et je viens vous en fournir une occasion. Un de mes fils est depuis quelques années en Nouvelle-Calédonie, il y cultive du café et j'entreprends, pour lui en procurer un placement un peu plus rémunérateur, de le lui vendre directement. Le café de la Nouvelle-Calédonie est très fin, c'est un café genre Moka, c'est un café de luxe; mais, comme nous supprimons tous les inter- médiaires, nous avons établi des prix bien au-dessous de sa valeur commerciale dont je vous engage à profiter en m'envoyant la carte postale incluse après avoir supprimé les poids que vous ne prenez pas; celui que vous entendez recevoir restera ainsi seul désigné. Comme je ne fais pas de commerce de café, vous pouvez être absolument certain que je ne vous enverrai que du café de la Nouvelle-Calédonie et c'est dans l'espoir que vous voudrez bien en faire un premier essai que je vous présente, M (espace) , mes respectueuses salutations. E. FÉRÉ. Si votre localité n'est pas desservie, indiquer la gare où je devrai vous faire l'expédition Monsieur E. FÉRÉ, Veuillez m’expédier contre remboursement : Un Colis postal franco domicile, 3 kil... 12 fr. 5 » .. 19 » 10 », 37 » De votre café De la Nouvelle-Calédonie. Adresse :
Texte ; Français ; Face 2 en trois parties, texte uniquement sur la troisième partie en bas. ; République Française Carte Postale Ce côté est exclusivement réservé à l'adresse Monsieur E. Féré 27, quai Casimir-Delavigne Havre
Tampon ; Français ; Tampon du musée au recto de la carte postale photographique, en haut à droite près d'une des photos où y est inscrit "Nouvelle Calédonie et dépendances", "Musée Néo-Calédonien"

Fonctionnement et contexte

Dépliant promotionnel et bon de commande par correspondance de la caféière de M. Féré de Canala. L'illustration est un tirage sur papier albuminé, d'après une diapositive monochrome sur verre, intitulée « M. Féré et travailleurs canaques (maïs et haricots). Nébamé » du photographe Charles Nething. Ce dernier est un photographe, formé par l'ancien éleveur Léon Devambez devenu photographe en 1887, et qui a remporté à l'Exposition Universelle de 1889 une médaille de bronze pour ses photographies. 1889 est aussi l'année où Charles Nething rachète le fonds de Devambez. Le marché de la carte postale, en forte augmentation, le pousse à en développer l'activité. Il multiplie alors les portraits en studio et part en reportage. Grâce au procédé de sensibilisation des plaques au gélatinobromure d'argent, il s'allège d'un gros poids, car les plaques sèches sont prêtes à l'emploi et n'ont pas besoin d'être sensibilisées. En outre, la rapidité de prise de vue permet de se rapprocher de l'instantané. Il est l'auteur de très nombreux clichés, dont la plupart sont réalisés après 1900. Il ferme son studio en 1923, date à laquelle il repart en métropole. (Textes tirés du catalogue "Vision de l'autre, reflet de soi?" MNC 2011).

Exposition

"Vision de l'autre, reflet de soi?" Musée de Nouvelle-Calédonie 15/06/2011 03/10/2011 ; Figurait sur le panneau : "les débuts de la photographie en NC", et a été aussi exposé sous vitrine durant l'exposition

Bibliographie

"Vision de l'autre, reflet de soi?" MNC 2011 ; p.17