Retour à la recherche

Masque malanggan (élement: oreilles) - Masque ma...

Désignation

Masque malanggan (élement: oreilles)
chur kinekis

Création/Exécution

Kavieng : Village ; Salle Edward En savoir plus

Nom : Salle
Prénom : Edward
Notice biographique : Culture/Community: Malagan (Lava) Biography: Edward Salle is acknowledged by his peers as the greatest living Malagan carver. He was born into the heart of Malagan culture in Lava Village on Tatau Island, part of the Tabar Islands of New Ireland, in 1932. After attending the village school for three years, Edward spent several years in commerce, first as a student, then as a copra buyer, and later as a storekeeper. In 1960, Edward decided to complete his education and enrolled in teacher training college. Over the following ten years, he traveled and taught in various parts of Papua New Guinea. After completing a course of advanced study in 1980, he returned to New Ireland and was appointed school principal. Over the years, Edward Salle has become a major force within the traditional culture of New Ireland, reinforcing and, in some cases, reestablishing the Malagan ceremonies. After World War II, this tradition was almost lost. Due to Edward and a few other dedicated artists, it has enjoyed a remarkable revival. His son Matthew is now a highly recognised master carver. Edward Salle’s work can be found in many major international collections, including the Tjibaou Cultural Centre in Noumea, New Caledonia. vu sur http://collection-online.moa.ubc.ca/collection-online/search/person?startletter=S&rolegroup=&row=25&tab=biography le 19/06/2012
Culture/Community: Malagan (Lava) Biography: Edward Salle is acknowledged by his peers as the greatest living Malagan carver. He was born into the heart of Malagan culture in Lava Village on Tatau Island, part of the Tabar Islands of New Ireland, in 1932. After attending the village school for three years, Edward spent several years in commerce, first as a student, then as a copra buyer, and later as a storekeeper. In 1960, Edward decided to complete his education and enrolled in teacher training college. Over the following ten years, he traveled and taught in various parts of Papua New Guinea. After completing a course of advanced study in 1980, he returned to New Ireland and was appointed school principal. Over the years, Edward Salle has become a major force within the traditional culture of New Ireland, reinforcing and, in some cases, reestablishing the Malagan ceremonies. After World War II, this tradition was almost lost. Due to Edward and a few other dedicated artists, it has enjoyed a remarkable revival. His son Matthew is now a highly recognised master carver. Edward Salle’s work can be found in many major international collections, including the Tjibaou Cultural Centre in Noumea, New Caledonia. vu sur http://collection-online.moa.ubc.ca/collection-online/search/person?startletter=S&rolegroup=&row=25&tab=biography le 19/06/2012
New Ireland Province, PNG ; Malanggan En savoir plus

Nom : Malanggan

Islands Region, PNG
Papouasie Nouvelle-Guinée : Pays

Matière et technique

Alstonia villosa: bois (Apocynacée) ; Sculpté
Pigment blanc prob. d'origine minérale (calcaire) ; Appliqué
Pigment jaune prob.d'origine minérale (ocre jaune) ; Appliqué
Pigment noir prob. d'origine végétale (carbone) ; Appliqué
Pigment rouge prob.d'origine minérale (ocre rouge) ; Appliqué
Opercule d'origine indéterminée ; Collé (bois ou ivoire)

Mesures

Longueur en cm : 93.4 ; Largeur en cm : 19.1

Numéro d'inventaire :

MNC 97.3.5 ab

Objet associé

MNC 97.3.5 d Masque malanggan (élément: visage) Collection MNC : Ensemble ; MNC 97.3.5 c Masque malanggan (élément: plume) Collection MNC : Ensemble

Description analytique

Planches monoxyles ajourées et amovibles faisant partie d'un ensemble comprenant également un masque et une plume monoxyle sculptée et ajourée plantée au sommet du masque. Ces "oreilles" sont attachées de chaque côté du visage et ont une décoration symétrique l’une par rapport à l’autre. Elles sont recouvertes de motifs sculptés ajourés et de motifs formés de pigments jaunes, blancs, rouges et noirs. Parmi les motifs on reconnaît des oiseaux, des étoiles à quatre branches et des poissons volants.

Fonctionnement et contexte

Masque malanggan du type "Wanis" portant le nom de "chur kinekis", fait par le sculpteur Edward Salle en Nouvelle Irlande, et acheté sur place par le musée en 1997. Le malanggan est une tradition vivante, dynamique, qui évolue autour d’un noyau structurel stable. Il permet à un habitant de la Nouvelle-Irlande du Nord d’honorer convenablement ses parents maternels par alliance. Si celui-ci est incapable ou refuse de les honorer en recourant aux rites « malanggan », il est considéré comme un "vaurien". Les rites malanggan président aux cérémonies funéraires et servent ensuite à honorer les morts et à entretenir leur souvenir. Les œuvres sont créées pour chaque occasion particulière, utilisées ou exposées dans un contexte rituel, puis détruites. Les malanggan se présentent sous des aspects très divers, des masques portés sur la tête aux sculptures en bois peint, en passant par des tissus et de la vannerie en fibres de lianes ou en rotin, sans oublier un certains nombre d’autres formes, y compris des éléments architecturaux. Ces objets ont pour trait commun de représenter un aspect de " l’esprit " d’un individu. On suppose que cet esprit est une source totémique propre à un clan et indissociable représenté par exemple par des requins ou des serpents. L’esprit de chaque être humain passe par la manifestation d’une source totémique. Autrement dit, une sculpture malanggan est une représentation liée à l’esprit qu’elle symbolise. Chaque œuvre d’art reproduit un motif ancestral unique qui appartient à un particulier ou à un clan, et, nul autre que leurs détenteurs n’a le droit de les copier. Cet objet, assez récent, est assez représentatif de la production plastique actuelle.

Exposition

"Dialogues d’Outre-monde. Résonnances kanak autour d’Annonciation" ADCK / Centre Culturel Tjibaou 26/06/2012 30/09/2012

Bibliographie

"Dialogues d’Outre-monde. Résonances kanak autour d’Annonciation" ADCK 2012 ; Page 53
Calendrier du musée de NC année 2000 ; Mois de février

Date d'entrée / prise en charge du bien :

02/09/1996