Retour à la recherche

Pierre à magie (culture de l'igname) - Pierre à ...


Description :

Une pierre indéterminée d'une forme allongée. Cette pierre ressemble à une igname.

Fonctionnement et contexte

En Océanie, le travail de la terre n’est pas désigné par le terme agriculture mais par celui d’horticulture, de hortus le jardin latin, renvoyant ainsi à un art des jardins et non à une production intensive en champ. Pour Jacques Barrau († 1997), agronome, enfant du pays qui dirigea le Muséum national d’histoire naturelle de Paris et André-Georges Haudricourt († 1997), linguiste et botaniste, tous deux spécialistes de la Nouvelle-Calédonie, seul ce terme était à même de rendre compte de la complexité et de l’attention portée aux jardins dans les pays du Pacifique. Une caractéristique primordiale de l’horticulture en Océanie est que la majorité des plantes nourricières sont asexuées. Se reproduisant par clonage, leur pérennité dépend encore plus que d’autres des gestes des hommes et l’ensemble des représentations culturelles océaniennes portent la marque de la valeur accordée à ce type de reproduction. Il est difficile de présenter en quelques mots l’importance des jardins en Océanie. La culture des principales espèces cultivées, celle des ignames surtout pour la Mélanésie insulaire, rythme toute la vie et le nom donné aux différents mois de l’année décrit les activités qui entourent leur mise en terre, leur croissance ou leur récolte. « Vraie » nourriture, « objet » cérémoniel particulièrement valorisé, l’igname est, en Nouvelle-Calédonie, liée au corps de l’homme par un ensemble de termes linguistiques et de pratiques. Par ailleurs, le décor du pieu exposé ce mois en inédit, similaire à celui de certaines flèches faîtières, vient nous rappeler que, en Nouvelle-Calédonie comme partout ailleurs en Océanie, tout jardin est à l’image des relations que les hommes entretiennent à leurs ancêtres et /ou à leurs esprits. Les gestes rituels qui accompagnent le cycle de reproduction de ces espèces font à cet égard intégralement partie de l’horticulture kanak. Ainsi pelle, pieu de bois et pierres magiques sont-ils indissociables. Ils témoignent de pratiques anciennes qui perdurent dans certaines régions de Nouvelle-Calédonie bien que les outils de bois traditionnels aient cédé la place aux outils de fer d’origine européenne. L’igname est probablement l’une des plus anciennes plantes cultivées d’Océanie, la domestication et la sélection des espèces s’y poursuivent aujourd’hui encore. Cette pierre magique a été collectée avant 1903 et fait partie des objets les plus anciens attestés au musée. Texte écrit pour "Les inédits du musée" de novembre 2008

Exposition

"Inédits du Musée" MNC 2008 Musée de Nouvelle-Calédonie 2008 2008

Référence bibliographique :

BOUACOU Raoul "L'igname" CPS-SCNC 2009